Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 16:50

  trail-guerledan-2011.JPG

Sur la crête de Liscuit après Gouarec, avant de redescendre vers le premier ravito. 16è km de course, encore un marathon à parcourir  ;-)). Je me sens vraiment bien à ce moment-là. Je suis même parti un peu vite ... je vais le payer un peu plus tard ...

Météo: pluie et vent sur les hauteurs, ça change de la canicule de 2010 !

 

 

Nous arrivons en ccar samedi en fin d'après-midi, il fait beau, mais depuis le début de la semaine, la météo annonce de la pluie pour demain, mince alors !!! Je pars chercher mon dossard; ce sera ça de moins à faire demain.

Je prépare mes affaires de course, la veste pluie est de sortie aujourd'hui ! Pour le trail, j'ai prévu au petit déjeuner 2 barres céréales chocolatées isostar avec une banane et du thé vert 1h45 avant le départ, et un peu de saint yorre avant la course avec un gel anti crampes ac+ (15 min avant). Pour commencer la course, j'ai opté pour la boisson booster de GO2 spéciale vtt (1,5l environ), ensuite aux ravitaillements je prendrai du carbomax. J'ai également des barres isostar high energy qui passent très bien pendant l'effort, un autre gel anti crampe pour la mi-course, un gel toniks booster pour la fin de course. Aux ravitaillements, je prends 2/3 morceaux de bananes, 1 verre de coca, 1 quartier d'orange, comme d'habitude. De la sporténine en réserve au cas où ...

 

Dimanche matin 6h45 au réveil, j'ai plutôt pas mal dormi. Je me prépare et je ne sors pas m'échauffer comme l'an dernier: le temps est pluvieux ce matin. Il va falloir se motiver ! 10 min avant le départ, je quitte le ccar pour m'échauffer et me préparer pour le départ. Je me place plutôt vers l'avant du peloton dans les 200 premiers. 8H30, c'est le départ ! Tout le monde s'élance pour 58 km de course plutôt difficile avec un très beau parcours toujours en relance qui use rapidement les coureurs. La première partie est très roulante sur le halage, puis nous attaquons les grosses bosses jusqu'à Gouarec. Cette année, j'ai des jambes, j'ai donc décidé de monter en trottinant, en dosant mon effort pour ne pas monter trop vite dans le rouge. Rapidement, je me retrouve sur les landes de Liscuit puis dans la descente vers le premier ravitaillement, je suis parti beaucoup plus vite que l'an dernier, mais je me sens bien. Dans la descente, très légère foulure du pied gauche mais rien de bien méchant, tout rentre vite dans l'ordre. Au ravito 1 (km 20), j'arrive avec plus de 15 min d'avance par rapport à l'an dernier, il pleut des cordes ! Je prends le temps de bien m'alimenter et de boire avant de repartir, ce que beaucoup de coureurs ne font pas. Puis je reprends mon allure de course sur cette portion de course très agréable, vallonnée mais assez rapide, nous passons par l'anse de Sordan avant de remonter quelques temps dans la forêt par un pierrier très piégeux, avant de longer à nouveau le lac. Nous retrouvons un plus tard un bon chemin forestier qui monte bien, celui_ci nous entraîne jusqu'au pied du barrage de Guerlédan. Je fais ce parcours jusqu'au ravito 2 (33,5 km) avec un coureur très sympathique: notre objectif « faire moins de 7 heures ! ». On en est à un peu plus de 3 h de course. Je me sens pas trop mal, mais le plus dur reste à faire ! Il va falloir du mental pour terminer, entre le km 42 et 52, le parcours est très exigeant pour des organismes déjà soumis à rude épreuve. Je repars du ravito 2 sur mon rythme, mais j'ai du mal à le retrouver, mince ! Je reste tranquille , quitte à marcher de temps en temps, je bois, je reprends des forces, je sais que cela ne va pas durer. Ce petit passage à vide va s'estomper après la zone marécageuse de Caurel, j'ai quand même un coup de mou au niveau du mental et j'ai envie de tout arrêter au prochain ravito. Mais je me rebooste le mental, je veux réussir un meilleur temps que l'an dernier !

 

La course se poursuit malgré tout, je me fais doubler par quelques coureurs. Nous rejoignons à nouveau la forêt et ses fameuses racines ! Le coureur me précédant trébuche sur l'une d'entre elles rendue glissante par la pluie, il s'étale de tout son long sur le sol ! Quelques secondes plus tard c'est à mon tour de me coucher sur le sol; c'est bien la première fois que cela m'arrive ! Heureusement juste quelques égratignures sans gravité qui me permettent de repartir. La course continue entre forêt de hêtres et crêtes rocheuses, un parcours très plaisant au bord du lac malgré la pluie. Enfin le ravito 3 pointe le bout de son nez, quelques coureurs décident d'abandonner; ils ne sont pas dans un bon jour. Je décide de poursuivre, la forme revient et je suis la trace depuis quelques kilomètres d'un coureur qui me convient bien. Parfois il me distance légèrement mais ce n'est pas un descendeur et je reviens toujours sur lui dans les descentes. Maintenant il va falloir bien gérer l'effort, bien boire et bien manger régulièrement pour passer cette zone très cassante de 10 km particulièrement éprouvante, je poursuis mon effort au train en limitant au maximum les accélérations, tout en gardant un bon rythme. Le ravitaillement 4 (52 km) se profile à son tour sous une pluie battante au bout de 6h15 de course, je suis dans les temps pour terminer en moins de 7h normalement. Je prends le temps de bien m'alimenter et de me poser 2/3 min avant de repartir. Mon coéquipier du moment file tout droit comme 4 ou 5 autres coureurs: ils sont pressés d'en finir ! L'expérience m'a appris une chose: il faut prendre son temps au ravito pour en gagner après dans la course. Je ne suis sûr de rien à ce moment-là mais j'espère retrouver les sensations de fin de course de l'an dernier. Je repars donc affronter ces 6 derniers km au mental: ils me plaisent bien même si beaucoup de coureurs les trouvent très difficiles, moi je les trouve plutôt roulant et c'est mon point fort quand il faut dérouler sur du plat ou en descente. J'en profite à fond et je n'hésite pas à faire tourner la machine à bloc, je suis en pleine pensée positive. Les efforts sont vite récompensés; je double les coureurs qui sont passés quand j'étais au ravito, ils semblent scotchés et épuisés. Je me fais vraiment plaisir dans cette dernière partie de course, un peu roulante, un peu boueuse dans les chemins, avec une bonne grimpette dans la forêt et une bonne descente pas trop technique pour terminer. J'entends au loin le speaker de l'arrivée, je double un coureur dans le bas de la descente; enfin j'arrive au niveau de l'abbaye, j'ai un coureur en point de mire, je reviens sur lui au passage de la rivière et je le double avant de rejoindre la ligne d'arrivée. Enfin, voilà 6h47 d'efforts récompensés, un beau parcours et en net progrès par rapport à l'an dernier, ça fait plaisir ! Je signe encore pour l'année prochaine ! L'un de mes trails préférés.

 

 

Résultat: 6h47 et 150è / 850 partants (586 à l'arrivée) au classement scratch, 69è SEM. En net progrès par rapport à l'an dernier et y'a encore possibilité de progresser après seulement un an de trail !!!

 

Au final, j'ai vite et bien récupéré de cette course. je n'ai pas eu de grands coups de fatigue comme l'an dernier, comme quoi avec de l'entraînement sur la durée on progresse plus rapidement au niveau de la récupération.

Partager cet article

Repost 0
Published by G.Hanry - dans Trail C.R.
commenter cet article

commentaires

lecoureurdesbois 22/09/2011 13:49


Coucou,

merci pour tes Com', Le plus dur dans le trail ou l'ultra, c'est de trouver son rytme non pas à l'entraînement mais dans la gestion de la saison. Pendant 3 ans il n'y a eu aucun problème enfin
presque mais rien. Et maintenant depuis 2 ans les blessures suivent aux blessures. Je n'arrive pas à me résoudre à ne faire que 1 ou 2 trail par an.
A bientôt et merci pour ton passage.
Et toi après Guerledan ?